• 7 - Les poches

      7 - a) Poche dos

      Une poche à double passepoil fermée par un bouton est présente en regard de chaque fesse, l'extrémité de la pince de dos se situant pile au milieu de la largeur de poche. La boutonnière est située 1cm sous le passepoil inférieur, dans le prolongement de la pince.

    Autopsie d'un pantalon masculin (4)

    Largeur de la fente de poche : 13cm
    Largeur du passepoil : 0,5cm
    Largeur du sac de poche : 17,5cm
    Longueur de la poche à partir de la fente : 16,5cm

    Autopsie d'un pantalon masculin (4)

      Le repli du sac de poche est assemblé au bas du parement de fond de poche. Une fois cette couture et les couture des côtés de poches défaite, le sac peut être déplié.

    Autopsie d'un pantalon masculin (4)

    Autopsie d'un pantalon masculin (4)

      Le surplus du passepoil inférieur est cousu en sandwich dans un repli du sac de poche, et la boutonnière est ensuite brodée.
    Le parement de fond de poche est cousu sur ses trois autres bords aux passepoils inférieur et supérieur.

    Autopsie d'un pantalon masculin (4)

    Autopsie d'un pantalon masculin (4)

      Chaque passepoil, additionné d'une bande d'intissé (qui contrairement à celui de la ceinture, ne colle plus au tissu), est assemblé par une unique couture à l'épaisseur pantalon + sac de poche.

    Autopsie d'un pantalon masculin (4)

    Autopsie d'un pantalon masculin (4)

      Passepoils inférieur et supérieur sont en fait taillés dans une seule pièce, qui se retrouve pliée en accordéon sur les côtés une fois la fente aux extrémités triangulaires coupée et les passepoils retournés sur l'envers du pantalons et orientés vers l'intérieur de la fente.

    Autopsie d'un pantalon masculin (4)

    La pièce est d'abord cousue sur l'endroit du pantalon, passepoils orientés vers l'extérieur de la fente.

    Autopsie d'un pantalon masculin (4)

    Bonus : Pour visualiser les étapes de construction du double passepoil en une pièce : http://www.fashion-incubator.com/archive/welt_pocket_construction/

    À suivre...


    3 commentaires
  • 5 - La braguette

    Autopsie d'un pantalon masculin (3)

      5 - a) Le pont

    Autopsie d'un pantalon masculin (3)

    Autopsie d'un pantalon masculin (3)

      La partie gauche du zip est assemblé par deux piqûres parallèles à la parementure de pont, endroit contre endroit. Les dents sont placées à environ 6mm du pli milieu.
    La parementure de pont est piquée avec son surplus replié sur le devant gauche, avec 0,5cm de marge : la piqure d'assemblage reste visible et le devant est ensuite plié et repassé sur l'envers à 0,3cm de la couture : la parementure est ainsi complètement cachée.

      5 - b) Le sous-pont

    Autopsie d'un pantalon masculin (3)

      Le devant droit, la partie droite du zip et le sous-pont sont pris dans une seule et même couture. La couture est ensuite ouverte au fer entre le zip et le sous-pont.

    On constate un écart de 3mm entre la couture du zip sur le devant et la couture d'enfourchure devant : juste assez pour le maintenir caché.

    Autopsie d'un pantalon masculin (3)

    6 - L'assemblage des jambes

      6 - a) L'enfourchure

    L'enfourchure fourche est cousue en deux fois, avec un arrêt à la jonction des dos et devants.

    Autopsie d'un pantalon masculin (3)

    Les surplus du dos sont ouverts tout le long de la relarge, mais pas plus bas.

      6 - b) Les jambes

     

    Autopsie d'un pantalon masculin (3)

      Les jambes sont assemblées après le montage des poches, par une piqûre tout le long du côté, et une piqûre tout le long de l'entrejambe. Au cours de la piqûre, le tissu de l'entrejambe dos est un peu étendu entre l'enfourchure et le genou.

    À suivre...


    2 commentaires
  • 4 - La ceinture

      4 - a) Passants de ceinture

       Au nombre de 6 (2 devant, 4 derrière), leur partie supérieure est cousue, rempliée, sur la ceinture déjà assemblée.

    Autopsie d'un pantalon masculin (2)

    Leur extrémité inférieure est assemblée aux jambes par un point de bourdon, environ 3mm sous la ligne de montage de la ceinture.

    Autopsie d'un pantalon masculin (2)

    Déplié, le passant fait 7 x 3cm, ses grands bords sont repliés deux fois sur un morceau de toile d'épaisseur moyenne de 7 x 1,5cm. Les plis accolés sont ensuite surfilés en prenant à chaque fois le cœur de la pièce dans la couture.

      4 - b) Allonge de ceinture

    Autopsie d'un pantalon masculin (1)
     La parementure d'allonge de ceinture
    est piquée sur la hausse de ceinture (piqûre invisible à l'extérieur).
     

    Autopsie d'un pantalon masculin (2)

      Un ruban thermocollant pour ceinture de 4cm a été collé sur l'envers des 2 parties de l'allonge (et donc aussi sur le reste de la ceinture). Les surplus de couture sont laissés à environ 1,2cm, à l'exception de l'extrémité où elles sont réduites à 0,2-0,4cm afin d'obtenir une allonge aux coins plats et nets lorsque celle-ci sera retournée après que ses coutures ont été ouvertes. 

    Autopsie d'un pantalon masculin (2)

      Après démontage de la ceinture et de sa hausse, reste la parementure d'allonge assemblée à la parementure de pont.

      4 - c) Hausse de ceinture

          4 - c) - α) Assemblage aux jambes et à la ceinture

    Autopsie d'un pantalon masculin (2)

      Le grand pan libre de la hausse de ceinture recouvre un pan moins long que l'on ne voit pas au premier abord. Ce dernier est maintenu aux doublures de cuisse et de poches par un surjet, et le grand pan est fixé  aux surplus de couture du côté et du dos du pantalon par quelques points isolés.

    Autopsie d'un pantalon masculin (2)


       Au milieu dos, les parties droite et gauche de la ceinture sont assemblées en laissant une valeur conséquente de surplus (plus de 2cm), la même qu'en haut du dos du pantalon : cette relarge est laissée pour le cas où un élargissement de la ceinture serait nécessaire. L'extrémité de la relarge de hausse de ceinture est maintenue pliée à 45° par un point afin de demeurer invisible lorsqu'on regarde à l'intérieur du pantalon.

    Autopsie d'un pantalon masculin (2)

    Autopsie d'un pantalon masculin (2)Ceinture dépliée

        4 - c) - β) Construction de la hausse de ceinture

    Autopsie d'un pantalon masculin (2)

      La hausse est fixée en sandwich (endroit : coton remplié, envers : toile raide) autour du surplus supérieur de la ceinture par un unique point zigzag.

    Autopsie d'un pantalon masculin (2)

    Sur l'endroit : La partie supérieure en doublure a été rempliée de façon à cacher l'unique couture d'assemblage des 5 pièces de tissu qui constituent la hausse, et à montrer le passepoil de satin taupe.

    Autopsie d'un pantalon masculin (2)

    Sur l'envers : le pan court (celui qui est surfilé avec les doublures de poches, si vous avez bien suivi :) ) est un morceau de doublure plié en deux (largeur terminée : 3,5cm, dont surplus : 0,5cm). Il est apposé sur le pan long, qui est également un morceau de doublure plié en deux (largeur terminée : 5cm, dont surplus : 1cm). La partie inférieure d'un morceau de toile raide coupé dans le biais (largeur : 7cm) est insérée dans ce repli. Cette toile sert à donner de la tenue à la ceinture.

    À suivre...


    5 commentaires
  •   Voilà plusieurs mois que je songe à créer une rubrique consacrée aux méthodes de confection des vêtements du commerce, particulièrement aux finitions apportées à ceux-ci, en passant par le désossage minutieux de quelques articles. Ceci afin de mieux savoir différencier le bon chasseur du mauvais et d'avoir une idée des possibilités plus ou moins esthétiques ou fonctionnelles qui s'offrent au couturier selon le temps qu'il peut y consacrer.

      Charité bien ordonnée, puisque je m'apprête à réaliser un pantalon, la première séance verra sur la table de dissection : un pantalon masculin. Au terme d'une séance de fouinage chez Guerrisol ont été sélectionnés deux pantalons à 3 euros dont les finitions me semblaient les plus abouties et les tissus les plus intéressants et photogéniques.

      Le premier est de marque OVS, une enseigne italienne dont les prix se rapprochent de ceux pratiqués par H&M. Made in China, tissu bleu marine polyester/viscose assez fin, doublure polyester, son aspect ne fait pourtant pas trop cheap grâce aux finitions travaillées. Ma mission sera de le retoucher pour en réduire le tour de ceinture puisqu'il a plu à monsieur.

    Autopsie d'un pantalon masculin (1)

     
      C'est l'autre qui sera dépecé pour notre édification. De marque Albert & Fox, sa composition reste inconnue (on sent qu'on est entre connoisseurs, haêm). Après recueil de renseignements par google, cette marque parisienne avec fabrication italienne s'avère en effet bien cotée sur le marché de l'élégance. Le tissu est un whipcord (un sergé de laine aux diagonales contrastées sur l'endroit, presque indistinctes sur l'envers), les fonds de poche du coton et la doublure à l'avant des cuisses du synthétique.

    Autopsie d'un pantalon masculin

    Intermède subliminal 2 : From Kitti Uomo with love (©The Catorialist)

    1 - Les revers

    Autopsie d'un pantalon masculin (1)

    Hauteur : 3,5cm
    Largeur de la jambe : 22cm
    Chaque revers est fixé par un point aux coutures latérales.

    Autopsie d'un pantalon masculin (1)

    Un ruban épais en sergé synthétique d'1,5 cm est cousu sur chaque bord le long du bord inférieur interne du pantalon (légèrement froncé) pour limiter l'usure le long du pli et pour faciliter le maintien de celui-ci et le tomber impeccable de la jambe. Le bord vif de l'ourlet est ainsi maintenu sous le ruban.

    Autopsie d'un pantalon masculin (1)


    2 - Fermeture de la ceinture

    Hauteur : 4cm
    Largeur totale fermée : 82cm.
    Passants : au nombre de 6, laissent passer une ceinture de 4cm.

    Autopsie d'un pantalon masculin (1)


      La ceinture est prolongée par une patte nommée "allonge de ceinture" fermée de l'extérieur par un bouton (pan gauche sur pan droit). A l'intérieur, dans la continuité de la braguette, la ceinture est également fermée par une agrafe à mi-hauteur. Enfin, l'extrémité interne de la ceinture se termine en biais, assemblé au sous-pont à l'extrémité supérieure duquel est présente une boutonnière, dont le bouton correspondant est fixé sur la parementure de ceinture (aussi appelée "hausse de ceinture").

    3 - Braguette (1ère partie)

    Autopsie d'un pantalon masculin (1)

      La hausse de ceinture est recouverte sur son devant droit par la parementure de sous-pont (en doublure), et sur son devant gauche par la parementure de pont et la parementure d'allonge de ceinture, tous deux en whipcord.

      Les parementures de pont et celles de l'allonge de ceinture sont maintenues au devant gauche par la couture arrondie qui souligne l'emplacement de la braguette. Cette couture a été réalisée en une fois, sans prendre le sous-pont dans la couture à la fin, avec un point de bourdon (zigzag très serré). C'est ensuite que les extrémités inférieures gauches du pont et du sous-pont sont maintenues ensemble par un point.
      La parementure de sous-pont (ou "garniture de sous-pont") est maintenue au devant droit par une piqûre qui court tout au long de la rainure qui subsiste entre les dents de la fermeture à glissière et le devant droit.

    Autopsie d'un pantalon masculin (1)


     
     3 - a) Hirondelle d'enfourchure

      Une hirondelle en doublure en forme de triangle est fixée sur la fourche afin d'éviter l'usure due aux frottements. Sa bissectrice est cousue le long d'un des surplus du devant, et chacun des coins inférieurs maintenu par un point aux surplus des jambes. Son coin supérieur a d'abord été cousu contre le bas de la fermeture à glissière.

    Autopsie d'un pantalon masculin (1)

    La pièce est en fait pliée en deux sur chaque pente du triangle, de manière à envelopper le bas du zip et du sous-pont auxquels elle est cousue, et pouvoir être retournée ensuite sur l'envers par l'ouverture centrale (après avoir cousu le troisième côté du triangle) sans qu'aucun bord soit apparent.

    Autopsie d'un pantalon masculin (1) 
    Pas de regret pour le dépouillage, ce pantalon a manifestement eu une vie...


      3 - b) Parementure de sous-pont

    Autopsie d'un pantalon masculin (1)

      Contrairement à la hausse de ceinture, cousue environ 5mm sous le repli de la ceinture vers l'intérieur, la couture de la parementure de sous-pont se fait au bord des ceinture et haut du sous-pont.

    Autopsie d'un pantalon masculin (1)

      Le retournement de la parementure sur l'endroit dévoile de nombreux éléments !

    Autopsie d'un pantalon masculin (1)

      Cette parementure est en fait un morceau de doublure pliée en deux, le pli constituant le bord libre de la pièce assemblée.

    Autopsie d'un pantalon masculin (1)

    La parementure de sous-pont décousue laisse apparaître deux points de bourdon accolés : le plus bas fixe le zip et le sous-pont ensemble, le plus haut intègre en plus le surplus de couture du devant droit.

     
    3 - c) Parementure de pont

    Autopsie d'un pantalon masculin (1)

      Sa couture arrondie de fixation au devant gauche n'intègre pas le bas du zip.


    À suivre...


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique